Le château



Le château de Liancourt-Saint-Pierre fut construit au milieu du XVIème siècle par Jean Grappin, pour le Cardinal Nicolas de Pellevé, seigneur de Liancourt.

Il resta inachevé et fut malheureusement détruit presque en entier en 1830.

Dans un aveu rendu le 8 mai 1697, Claude Séguier, seigneur de Liancourt, décrit ainsi le château inachevé :

"Consistant en un grand pavillon double et un bout de corps de logis, en pierre de taille, avec ses ornements d'architecture depuis le bas jusqu'en haut et des logements tenant au pavillon, servant de petite salle à manger, office, cuisine et garde-manger..., une grande cour verte, carrée, d'environ un arpent et demi, avec un pavillon aux quatre coins. Dans le logis était un lieu pour tenir la justice. Derrière la maison, un enclos de murailles de trente-quatre à trente-cinq arpents, tant en parterre et potager que bois de futaie et taillis, et de terre labourable. Quatorze arpents plantés en arbres à cidre. Sept arpents provenant du prieuré de Saint-Pierre de Chaumont, acquis jadis par Pierre d'Escayeul, seigneur de la Bretonnière et de Liancourt. Le tout d'un seul tenant et enclos de murailles".



Biographie de Nicolas de Pellevé


Fils de Charles de Pellevé et d'Hélène de Fay, il naît à Jouy-sous-Thelle le 18 octobre 1518. Etudiant puis professeur de droit à l'université de Bourges, il est nommé évêque d'Amiens en 1553. La même année, il offre à la paroisse Notre-Dame de Liancourt, la grosse cloche et la nomme Marie. A cette époque, il partage la seigneurie de Liancourt avec son frère Robert, évêque de Pamiers.
En 1559, Nicolas de Pellevé est envoyé par le Pape en Ecosse pour tenter de ramener les protestants presbytériens au catholicisme.
Il siège aux Etats-généraux en 1560, au colloque de Poissy en 1561 puis part en Italie au concile de Trente en 1562.
Nommé archevêque de Sens l'année suivante, il est fait Cardinal par Pie V en 1570.
De 1572 à1592, Nicolas de Pellevé est Préfet de la congrégation des évêques de Rome. Il reçoit le siège d'archevêque de Reims en 1588.
Partisan des Guise, il soutient avec ardeur la Ligue contre Henri de Navarre.
En janvier 1593, il ouvre les Etats-généraux convoqués par la Ligue pour l'élection d'un roi.
Il ne peut empêcher l'arrivée d'Henri IV sur le trône de France.
A l'entrée du roi à Paris le 22 mars 1594, Nicolas de Pellevé se croit menacé, son état s'aggrave et il meurt le 26 mars.
On lui doit plusieurs constructions dans le Vexin : les châteaux de Liancourt, de Rebetz, de Jouy-sous-Thelle, de Marivaux, de Saussay et l'église de Jouy-sous-Thelle.





le château

château de Liancourt-Saint-Pierre

le château

le château - façade principale

le château - façade sur le parc

restes de l'ancien château

vue aérienne du château

Détail d'un plan de dîmage de 1676 

armoiries des Pellevé

Nicolas de Pellevé



mise en ligne : 14 octobre 2007          mise à jour : vendredi 9 novembre 2018Webmaster : benjamin.velluet@gmail.com