Le Vivray



Le hameau du Vivray (ou Vivret) est situé à mi-chemin entre Liancourt et Chaumont-en-Vexin.

En 1831, le hameau comptait 8 maisons pour 36 habitants.
En 1901, il ne comptait plus que 5 maisons pour 21 habitants.
Trois maisons furent incendiées au pied de la colline le 28 juillet et le 25 août 1815. Le maire de Liancourt, M. Petit, fit distribuer un excédant de 30F dans la caisse communale, aux "pauvres incendiés du Vivray".

Jusqu'en 1860 environ, on apercevait en descendant la côte du Vivray, une longue galerie de pierres et de débris d'architecture en tous genres, qui s'étendait jusqu'à la rivière de la Troësne.
Ces débris provenant pour la plupart de la démolition de l'ancien château de Liancourt, furent ramenés au Vivray par Louis-Alexandre Commecy, à qui l'on doit la construction du calvaire Saint-Louis en 1828.
Ce calvaire fut bâti en mémoire de sa fille Delphine Olimpe décédée le 17 septembre 1821, à l'âge de 13 ans, comme l'attestait une plaque de marbre blanc aujourd'hui disparue :

"un père et une mère affligés,
ont rempli le voeu d'une fille chérie,
décédée au printemps de sa vie."

La dalle de marbre noir qui servait autrefois de marche au calvaire, provenait de l'église de Liancourt, où elle recouvrait la dépouille de Philippe de Pellevé, neveu de Nicolas de Pellevé, seigneur de Liancourt.
Elle fut ramenée à l'église en 1993, lors de la restauration du calvaire.

Louis-Alexandre Commecy était propriétaire de la demeure appelée "la Baraque", située non loin du calvaire en suivant le chemin de Loconville, qu'il avait fait construire en 1824.
Cette maison de construction assez originale, est parée sur sa façade de morceaux de bas reliefs, d'ornements d'architecture...
Toutes ces mises en scène architecturales étaient jadis appelées par les paysans, "les folies Commecy".

Il existait entre le Vivray et Liancourt, une chapelle de Saint-Gilles, et non loin de la, une fontaine du même nom, dont l'eau avait soit-disant la vertu de guérir la fièvre.
Cette chapelle fut aliénée et détruite à la Révolution.





le calvaire saint-Louis (lithographie - notice sur Liancourt-saint-Pierre 1877)

Saint-Louis 

Saint-Louis

Saint-Louis

Saint-Louis

le calvaire Saint-Louis avant sa restauration

bas-relief de la mise au tombeau avant restauration

sculpture d'ange située à l'arrière du monument

le calvaire Saint-Louis après sa restauration en 1993

le calvaire Saint-Louis après sa restauration en 1993

pierre tombale de Philippe de Pellevé, qui servait de marche au calvaire jusqu'en 1993

découvertes archéologiques du Vivray (collection Pillon, office de la culture de Chaumont-en-Vexin)

découvertes archéologiques du Vivray (collection Pillon, office de la culture de Chaumont-en-Vexin)

découvertes archéologiques du Vivray (collection Pillon, office de la culture de Chaumont-en-Vexin)

ferme du Vivray

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 

façade de "la Baraque" parée de sculptures 



mise en ligne : 14 octobre 2007          mise à jour : jeudi 14 février 2019Webmaster : benjamin.velluet@gmail.com