Croix et calvaires

LA CROIX BLANCHE


A la sortie nord-ouest du village, entre la salle des fêtes et le pont du chemin de fer, se trouve la croix blanche dont la date de construction nous est malheureusement inconnue.

Cette croix en pierre calcaire, a vraisemblablement été construite avec les pierres issues des carrières exploitées jadis à Liancourt.

On remarque des éléments sculptés sur la croix proprement dite : un marteau, une tenaille et des clous, qui sont les instruments de la Passion et qui symbolisent la crucifixion du Christ et sa descente de la croix pour la mise au tombeau.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

LA CROIX ROUGE


La croix rouge, qui marque la sortie sud-est du village, est située à l'embranchement des routes de Lavilletertre et des Groux, à l'angle de ce qui était autrefois le parc du château.

Jusqu'en 1789, on y voyait les restes d'un orme, sous lequel les seigneurs rendaient la justice.
C'est à cet endroit que se dressaient jadis les fourches patibulaires (du latin patibulum : gibet), qui étaient les potences destinées aux pendaisons, et que les seigneurs hauts-justiciers avaient le droit d'élever sur leur domaine.

La croix rouge élevée depuis longtemps à cet emplacement, fut démolie et vendue en 1793 par M. Garnot, qui la rétablira quelques années plus tard.

La croix fut une nouvelle fois détruite en 1881 puis rétablie en 1882, dans les circonstances suivantes :

"Au mois d'octobre 1881, des malheureux tirèrent un coup de fusil sur le calvaire situé à l'entrée du village. Les habitants furent remués à la nouvelle de cette profanation. Une réparation s'imposait. Elle eut lieu le 16 avril 1882.
La croix exposée dans le choeur de l'église paroissiale, entourée de feuillages, fut portée par les hommes et les jeunes gens, après avoir été bénie par le Doyen de Chaumont ; la compagnie de sapeurs-pompiers l'escorta dans les rues du village jusqu'à l'emplacement où elle devait être dressée." (extraits des registres paroissiaux)


Une nouvelle croix fut érigée en 1991, pour remplacer l'ancienne trop abîmée.

Celle-ci est abattue par la tempête en décembre 2011 puis remplacée par une croix en grès rouge.

La croix nouvellement érigée est bénie le 22 septembre 2013 par le diacre Jean-François Damblant et le vicaire Florent Mongengo.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

LA CROIX NEUVE


La croix neuve était un lieu de procession depuis le XVIIIème siècle, le long de la route allant de Boubiers à Tourly, à proximité de la gare.
Démolie et vendue à la Révolution, cette croix fut rétablie le 08 décembre 1854, sur le socle de l'ancienne croix du cimetière.

LE CALVAIRE DE LA RUE DE L'EGLISE


Ce calvaire en granit fut érigé en 1949, par le nouveau curé de Liancourt-Saint-Pierre, l'abbé Gicquel.
Les arbustes autour du calvaire furent plantés en novembre 1949.
Cliquez pour agrandir l'image
Cliquez pour agrandir l'image

LA CROIX DE VAUX


Le calvaire érigé depuis longtemps au carrefour des chemins de Vaux, a été remplacé en 1834, sous le curé Antoine-Honoré Pichon, par Louis Antoine Gougibus.

Il porte cette inscription :

"O crux, ave, spes unica.
Vous qui avez été rachetés par le sang d'un Dieu,
Ne soyez pas esclaves du démon."


La croix fut retirée il y a quelques années en raison de son état ; seul le socle en pierre est resté en place. Un projet de restauration est actuellement évoqué par la municipalité.

LES AUTRES CROIX



  • la croix du cimetière aujourd'hui disparue.

  • la croix de saint-Gilles aujourd'hui disparue, au croisement des chemins menant au hameau du Vivray.

  • la croix du bourg aujourd'hui disparue, à l'intersection de la Grand rue, de la rue saint-Pierre et de la rue de Loconville.  


mise en ligne : 14 octobre 2007          mise à jour : vendredi 9 novembre 2018Webmaster : benjamin.velluet@gmail.com